Cagots

Télécharger PDF Télécharger PDF

Les cagots désignent des groupes d’habitants frappés d’exclusion dans leurs villages, qui exerçaient des métiers du bois ou du fer. Ce système de ségrégation se retrouve dans différentes régions de France : cagots dans le sud-ouest, agots au sud des Pyrénées, caqueux, caquins, coquins ou caquous en Bretagne. Avant d’être appelés cagots, ils furent appelés crestians. Les cagots sont connus pour avoir bâti la charpente de Notre-Dame de Paris. Ils étaient des artisans de qualité exploitables à souhait par le clergé, efficaces mais beaucoup moins coûteux que des artisans libres.

Ségrégation des cagots

Les cagots étaient baptisés uniquement de nuit, avaient des portes spéciales pour entrer et sortir des églises sans se mélanger au reste de la population, un bénitier à part. Ils étaient traités en pestiférés et devaient vivre et être enterrés à l’écart des villes et villages. Ils ne pouvaient bien sûr se marier qu’entre eux et n’avaient pas le droit de porter un nom de famille. Les communautés cagotes étaient rarement nombreuses, dépassant rarement une ou deux familles à l’écart d’un village, ce qui confirme les théories d’une origine multipolaire des cagots, non liée à une communauté.

La caste des cagots permettait aux exploiteurs d’utiliser un sous-prolétariat intouchable comme épouvantail pour que le reste du prolétariat ne se sente pas tout en bas de l’échelle sociale, ce qui facilite l’acceptation de la société de caste chrétienne féodale.

Origine des cagots

Les origines des cagots sont difficiles à établir étant donné que de nombreuses légendes tendant à les déshumaniser se mélangent à l’utilisation de ce terme comme insulte pour désigner des simplets ou des nains hypothyroïdens goitreux comme les fameux crétins des Alpes ou des Pyrénées.

Les cagots étaient vraisemblablement diverses personnes frappées d’infamie : ils étaient considérés de père en fils comme des « lépreux blancs », c’est-à-dire des lépreux à l’apparence normale. La lèpre était considérée comme une punition divine en rapport avec de graves péchés. Cependant, les cagots n’étaient pas de tout temps considérés comme de vrais malades puisqu’avec l’interdiction progressive des sage-femmes, les cagotes ont rempli ce rôle au contact direct des mères et des nouveaux-nés.

L’infâmie frappant les cagots semble être d’ordre spirituel : la lèpre est une image pour désigner leur malédiction héréditaire. Vraies ou fausses, les rumeurs comme quoi les cagots descendent au moins en partie de cathares et d’hérétiques confirment l’idée d’une hérésie héréditaire. S’écarter du christianisme équivalait à se condamner sur terre, dans l’après-vie, mais aussi à maudire toute sa descendance.

Rumeurs sur les cagots

On disait qu’ils étaient porteurs d’une lèpre sans en montrer de symptômes externes ; leur contact ou même leur regard suffisent à transmettre la maladie ; leur haleine est contagieuse et nauséabonde ; ils « désirent grandement le coït » et sont sujets à des flux de sang semblables aux menstrues… On les accuse de cacher cette maladie invisible, d’être des dissimulateurs, et le nom de « cagot » devient synonyme de trompeur, d’hypocrite.

Insistance du christianisme à maintenir les cagots dans la répulsion et la servitude

En 1517, une pétition de cagots réclamant des droits humains entraîna un procès célèbre. Cette pétition fut combattue par le pieux Caxarnaut, huissier du Conseil royal, qui utilisa un texte de l’Ancien Testament où il est question d’un prince sauvé de la lèpre par le prophète Élisée, mais trahi par son valet Géhazi. Ce dernier fut châtié sur place par le prophète qui lui donna la lèpre ôtée peu de temps avant à son maître. Caxarnaut voulait ainsi démontrer que la lèpre était incurable et d’origine divine. 1« Les cadets, les cagots, les abbés laïques et les guides » [archive], sur www.patrimoines-lourdes-gavarnie.fr

Fin de la ségrégation des cagots

En France, la ségrégation des cagots prit fin avec une ordonnance du roi Louis XIV. Le clergé persista néanmoins férocement à employer le terme durant une grande partie du XVIIIe siècle, alors que la distinction avait pratiquement disparu de partout.

Notes et références

Barre latérale